AML Pour les Fintechs : se conformer à la réglementation

Une image de graphiques et d'argent pour symboliser les services financiers

La conformité des Fintech aux réglementations anti-blanchiment d'argent (AML) est essentielle. Mais se tenir au courant de toutes les dernières modifications apportées à ces réglementations Fintech AML peut être délicat. Cet article expliquera comment se conformer à AML pour les FinTechs, alors lisez la suite.

L'évolution de la FinTech

Une image qui dit FinTech avec des symboles de diverses choses qui s'y rapportent.

Le 21e siècle a vu l'essor de nombreuses nouvelles technologies qui ont bouleversé les industries traditionnelles. L'une des perturbations les plus importantes a eu lieu dans le secteur financier, où de nouvelles sociétés FinTech ont émergé pour fournir des solutions innovantes aux clients.

FinTech signifie Financial Technology, qui fait référence à l'utilisation de la technologie pour fournir des services financiers. Cette technologie financière comprend tout, des paiements mobiles et des prêts entre pairs aux plateformes d'investissement et aux monnaies numériques.

L’industrie mondiale des FinTech vaut actuellement environ $115,34 milliards en 2021, et elle augmente à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 26,2%. Rien que dans les Amériques, il y en a désormais plus de 10 755 Start-up FinTech.

L'une des principales raisons du succès de la FinTech est qu'elle a rendu les services financiers plus accessibles aux consommateurs. Dans le passé, le système financier excluait de nombreuses personnes parce qu'elles n'avaient pas de compte bancaire ou n'avaient pas accès aux services bancaires traditionnels.

Cependant, l'essor des services bancaires mobiles et d'autres solutions FinTech a permis à chacun d'accéder aux services financiers. Cet accès est particulièrement important dans les pays en développement, où les FinTech peuvent aider à réduire la pauvreté, promouvoir la croissance économique et améliorer l'inclusion financière.

Avec l'évolution des services financiers en ligne, la confiance est plus importante que jamais. Cette décision est la raison pour laquelle les entreprises FinTech doivent garder leurs données en sécurité et hors de portée des fraudeurs. Il est donc crucial qu'ils se conforment à la réglementation AML pour s'assurer qu'ils protègent leurs clients et leur entreprise contre ces menaces. Alors, examinons cela plus en profondeur.

Risques FinTech et AML

 

Le Groupe d'action financière (GAFI) est une organisation intergouvernementale de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. En 2021, ils ont publié un rapport qui couvre les risques posés par les FinTech au système financier.

Le rapport a révélé qu'il existe trois principaux types de risques associés aux FinTech :

  • Blanchiment d'argent (ML)
  • Financement du terrorisme (FT)
  • Criminalité financière et fraude

Le blanchiment d'argent se produit lorsque les fraudeurs déplacent de l'argent obtenu par le biais d'activités criminelles, de sorte qu'il semble provenir d'une source légitime. Pour ce faire, les criminels utilisent plusieurs comptes bancaires ou sociétés fictives pour transférer l'argent.

Le financement du terrorisme est l'action d'apporter un soutien financier à des organisations terroristes. Cela peut inclure la collecte de fonds, le blanchiment d'argent, l'achat d'armes, le financement d'attaques, etc.

La criminalité financière et la fraude désignent toute activité illégale dans le système financier. Cette activité illégale comprend fraude de carte de crédit, le délit d'initié et la cybercriminalité.

AML pour les Fintechs : Un compte bancaire

Toutes ces activités présentent un risque pour le système financier et peuvent nuire aux consommateurs.

Par exemple, si un fraudeur vole les détails de la carte de crédit d'une personne, il pourrait subir des pertes financières. Et si le blanchiment d'argent finance une attaque terroriste, cela pourrait entraîner des pertes de vie.

Alors, pourquoi les entreprises FinTech ne mettent-elles pas en place des mesures adéquates pour empêcher cela ? Eh bien, jetons un coup d'œil aux défis.

Les enjeux du AML pour les FinTechs

Se conformer aux réglementations AML peut être difficile pour les entreprises FinTech ; ils doivent souvent traiter de grandes quantités de données et ne disposent peut-être pas des outils nécessaires pour les suivre efficacement.

De plus, de nombreuses entreprises FinTech sont des startups et peuvent ne pas avoir les ressources ou l'expertise nécessaires pour se conformer aux réglementations AML. Cette énigme est particulièrement prononcée pour les petites entreprises opérant avec un budget serré.

Un autre défi est que les FinTechs ont généralement des clients du monde entier qui sont soumis à différentes juridictions juridiques. Par conséquent, ils peuvent devoir se conformer à plusieurs réglementations AML, souvent avec des exigences concurrentes, ce qui peut être difficile à mettre en œuvre.

Enfin, il est essentiel de noter que l'industrie FinTech est rapide et en constante évolution. Par conséquent, les réglementations et les risques AML évoluent en permanence, et les entreprises FinTech doivent s'assurer qu'elles sont à jour avec les dernières exigences.

Malgré ces défis, il existe plusieurs conseils que les entreprises FinTech peuvent suivre pour s'assurer qu'elles se conforment à ces réglementations.

Conseils pour créer le bon programme de conformité AML pour une entreprise FinTech

Une carte avec des épingles et un papier qui dit anti-blanchiment d'argent.

Maintenant que vous savez quels sont les enjeux de la mise en œuvre du AML FinTechs, il est temps de jeter un œil aux astuces qui simplifient le processus.

  • Astuce 1: Mettre en œuvre un Approche fondée sur le risque qui se concentre sur les risques associés à votre entreprise. Cette approche doit être basée sur la compréhension des types de clients avec lesquels vous traitez, du contexte commercial et des risques prévalents dans les pays dans lesquels votre entreprise opère.
  • Astuce 2: Mettre en place un programme de conformité efficace. Cela devrait inclure devoir de vigilance à l'égard de la clientèle, surveillance continue et signalement des activités suspectes.
  • Astuce 3: Avoir une bonne compréhension des lois AML qui s'appliquent aux entreprises FinTech, y compris se tenir au courant de toute modification de la réglementation.
  • Astuce 4: Utiliser la technologie pour aider à la conformité, y compris l'analyse des données pour suivre le comportement des clients et authentification biométrique pour vérifier l'identité du client. Vous pouvez trouver un guide plus complet sur cette forme de vérification ici : Les avantages de l'authentification biométrique.
  • Astuce 5: Avoir un système de contrôle interne robuste. Cela devrait inclure la séparation des tâches et des tests indépendants du programme de conformité.
  • Astuce 6: Former les employés sur le programme de conformité et s'assurer qu'ils comprennent l'importance de le suivre.
  • Astuce 7: Coopérer avec les régulateurs et être prêt à fournir des informations sur demande.

En suivant ces conseils, les FinTech peuvent réduire considérablement le stress lié à la mise en œuvre et au maintien de contrôles AML appropriés.

Les recommandations du GAFI pour la conformité FinTech

Les gens discutent de quelque chose, comme des recommandations pour les réglementations AML

Le GAFI est une organisation internationale qui élabore des politiques de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Ils ont publié une liste de 40 recommandations pour les institutions financières, y compris les sociétés FinTech, qui définissent les exigences de conformité à la réglementation AML.

Ces recommandations comprennent les éléments suivants :

  • Due diligence client: Les FinTechs doivent disposer de mécanismes pour identifier et vérifier leurs clients. Cela comprend l'identification et la vérification des clients, ce qu'ils peuvent faire à l'aide des vérifications Connaître votre client (KYC). En outre, les régulateurs attendent d'eux qu'ils obtiennent des informations sur les bénéficiaires effectifs ultimes des entreprises.
  • Contrôle continu: Les entreprises FinTech doivent disposer de systèmes pour effectuer une diligence raisonnable continue sur les clients et identifier les activités suspectes. Cela comprend le signalement des changements de statut du client et des transactions inhabituelles et l'investigation de ceux qui pourraient être du blanchiment d'argent ou financement du terrorisme.
  • Rapports: Les sociétés FinTech doivent disposer de procédures pour signaler toute activité suspecte aux autorités compétentes, telles que la Cellule de renseignement financier (CRF). Ils devraient le faire dans le cadre d'un effort supplémentaire pour prévenir les activités criminelles ou le blanchiment d'argent.
  • Tenue de registres: Les entreprises FinTech doivent tenir des registres de tous leurs clients et transactions pour les clients internationaux et nationaux. Ils doivent conserver ces informations pendant au moins cinq ans et les mettre à la disposition des autorités compétentes sur demande.
  • Coopération avec les forces de l'ordre: Les sociétés FinTech doivent coopérer avec les forces de l'ordre et leur fournir toutes les informations qu'elles demandent.

Ce ne sont là que quelques-unes des exigences que les FinTech doivent respecter pour se conformer à la réglementation AML.

Enregistrement et régulateurs pour FinTech

Un autre problème de conformité vital pour les entreprises FinTech est l'enregistrement et la réglementation.

Dans de nombreux pays, les entreprises FinTech doivent s'enregistrer auprès du régulateur financier et obtenir une licence pour opérer. Elle peut être longue et compliquée et nécessite souvent l'assistance d'un cabinet d'avocats.

Les exigences d'enregistrement varient d'un pays à l'autre, mais fournissent généralement des informations sur les propriétaires, les administrateurs et les employés de l'entreprise. L'entreprise doit également fournir la preuve qu'elle dispose de systèmes et de contrôles adéquats pour se conformer à la réglementation AML.

Ces systèmes comprennent :

  • Formation pour les employés, afin qu'ils comprennent l'importance et le processus de AML.
  • Procédures écrites pour AML et Contre-Financement du Terrorisme (CFT)
  • Nomination d'un agent de déclaration en matière de blanchiment d'argent (MLRO)

Une fois le processus d'enregistrement terminé, la société FinTech sera soumise à une surveillance continue par le régulateur financier, à des rapports périodiques et à la soumission d'états financiers audités.

Le niveau de supervision varie d'un pays à l'autre et d'un État à l'autre aux États-Unis. Mais, il est généralement plus strict pour les entreprises impliquées dans des activités considérées comme à haut risque, telles que les transferts de fonds ou les opérations de change.

La conformité à la réglementation AML est un enjeu complexe et essentiel pour les entreprises FinTech. Ils doivent gérer de nombreux risques de conformité et les exigences réglementaires peuvent être exigeantes.

Cependant, la conformité est cruciale pour garantir que l'industrie FinTech reste stable et digne de confiance. En suivant les conseils décrits dans la section précédente, les entreprises FinTech peuvent s'assurer qu'elles respectent leurs obligations de conformité.

Conformité mondiale dans la FinTech

Une carte du monde pour montrer les réglementations mondiales AML

Le paysage mondial de la conformité FinTech est en constante évolution. Les entrepreneurs développent continuellement de nouvelles technologies et de nouveaux modèles commerciaux, ce qui a un impact sur les exigences de conformité.

Ces dernières années, l'accent a été mis de plus en plus sur la nécessité pour les entreprises FinTech de se conformer aux réglementations AML. Cela est dû à l'utilisation accrue par les criminels dans le monde entier des services FinTech pour blanchir de l'argent.

Plusieurs pays ont introduit de nouvelles lois et réglementations spécifiquement destinées aux entreprises FinTech pour lutter contre cela. Celles-ci incluent les exigences d'enregistrement, les contrôles KYC et la surveillance continue.

États-Unis

Les États-Unis ont été parmi les premiers à introduire une réglementation spécifique FinTech AML. En 2015, les États-Unis ont lancé le régime BitLicense, qui oblige les entreprises qui offrent des services de monnaie numérique à obtenir une licence auprès du régulateur financier.

Les organes centraux de régulation sont les Réseau de lutte contre la criminalité financière (FinCEN) et le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC). Ils travaillent ensemble pour faire respecter les réglementations AML et CFT mises en place par leur gouvernement.

L'Europe 

En 2020, l'Union européenne a introduit le Sixième directive anti-blanchiment (6AMLD), qui remplace la Cinquième directive anti-blanchiment (5AMLD). Il comprend certaines dispositions qui s'appliquent spécifiquement aux entreprises FinTech.

Le 6AMLD a encore élargi la liste des crimes sous-jacents et a également inclus la cybercriminalité comme une infraction. Cet ajout oblige les FinTech à renforcer leurs mesures KYC et AML, tandis que le 5AMLD les oblige à s'enregistrer auprès du régulateur financier et à effectuer des contrôles KYC sur leurs clients. 

Elle impose également des exigences plus strictes en matière de surveillance des transactions et impose de nouvelles obligations de déclaration. En outre, le 6AMLD s'appuie sur les réglementations mises en œuvre par le 5AMLD pour les crypto-monnaies afin d'empêcher davantage le blanchiment d'argent.

Même si l'Union européenne a mis en place cette directive, la plupart des pays ont des organismes de réglementation et des lois pour le AML.

Voici une courte liste de certains de leurs régulateurs :

Vous pouvez trouver plus d'informations à ce sujet ici : https://www.cliffordchance.com/content/dam/cliffordchance/briefings/2017/04/european-fintech-regulation.pdf

Australie

En 2018, l'Australie a lancé une nouvelle édition du Loi de 2006 sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, qui comprend de nombreuses dispositions applicables aux entreprises FinTech mais ne le mentionne pas directement.

La loi oblige les entreprises FinTech, entre autres, à obtenir une licence du régulateur financier et à se conformer aux exigences KYC et AML. Leur régulateur est le Centre australien de rapports et d'analyse des transactions (AUSTRAC).

Le paysage de la conformité pour les entreprises FinTech est en constante évolution. Par conséquent, les entreprises doivent se tenir au courant des derniers développements et s'assurer qu'elles se conforment à toutes les lois et réglementations applicables.

Conclusion

FinTech est un exemple passionnant de la façon dont une technologie innovante peut perturber une industrie, autrefois monopolisée par des institutions physiques, pour améliorer la vie des consommateurs. Néanmoins, l'industrie FinTech est très compétitive, dynamique, en constante évolution et de plus en plus mondialisée. En conséquence, les risques de conformité augmentent et les défis du AML pour les entreprises FinTech deviennent plus complexes.

Cependant, avec la bonne approche et un peu de planification, il est possible de créer un programme de conformité AML efficace pour votre entreprise.

Chez ComplyCube, nous comprenons ces enjeux et avons développé solutions pour vous aider à démarrer. Contactez-nous aujourd'hui pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons vous aider à mettre en place un programme de conformité FinTech conforme aux normes mondiales.

Table des matières
    Ajouter un en-tête pour commencer à générer la table des matières

    Plus de messages

    Vérification d'identité de rencontre en ligne ComplyCube KYV

    KYV : Vérification d’identité de rencontre en ligne pour une romance sûre

    Know Your Valentine (KYV) est le processus visant à atténuer les dangers au sein de l’industrie des rencontres en ligne. Ce guide célèbre la Saint-Valentin, l'importance d'une plateforme sécurisée et discute de la vérification robuste de l'identité des applications de rencontres.
    ComplyCube reçoit la certification ACCS de vérification de l'âge par le système de certification de vérification de l'âge

    ComplyCube obtient la certification ACCS pour la vérification de l'âge

    ComplyCube a obtenu la certification ACCS pour les systèmes de contrôle de l'âge, la protection des données et la confidentialité. Cette certification, décernée par l'Age Check Certification Scheme, consolide l'engagement de la plateforme AI à protéger les mineurs en ligne....
    ComplyCube remporte 3 Trustradius Awards 2023 pour IDV

    ComplyCube clôture 2023 avec 3 TrustRadius Best Of Awards en IDV

    ComplyCube a remporté 3 prix supplémentaires à ajouter à son ensemble de distinctions à l'approche de la nouvelle année. Les prix TrustRadius Best Of récompensent les leaders du secteur IDV selon 3 critères : rapport qualité-prix, meilleure relation et ensemble de fonctionnalités....