Qu'est-ce que le filtrage des sanctions ?

Le contrôle des sanctions est un contrôle de lutte contre le blanchiment d'argent (AML) et le financement du terrorisme (CTF) utilisé pour détecter, prévenir et perturber la criminalité financière. Les entreprises réglementées doivent procéder à un examen des risques de sanctions en tant que pratique obligatoire pour une conformité efficace aux sanctions. Cette étape est un élément crucial du processus Know Your Customer (KYC), qui garantit une diligence raisonnable approfondie et une atténuation des risques.

Le paysage des sanctions étant en constante évolution, il est primordial de comprendre les implications opérationnelles et réglementaires. Ce guide complet vise à fournir des informations pratiques sur les sanctions, les organes directeurs qui les appliquent et les solutions de filtrage des sanctions disponibles.

Que sont les Sanctions ?

Les sanctions sont des outils utilisés par des pays ou des organisations internationales pour imposer des restrictions sur certaines activités ou relations avec des régions, des entités ou des individus spécifiques. Ils sont généralement employés pour faire face aux menaces à la sécurité nationale ou à la paix internationale, aux violations des droits de l'homme et à l'interdiction des activités illicites. Les sanctions peuvent prendre diverses formes, telles que des restrictions financières, des embargos commerciaux et des interdictions de voyager.

Certains des organes directeurs et de sanction les plus importants comprennent:

  • Les Nations Unies (ONU): Les sanctions s'appliquent à tous les États-nations de l'ONU, englobant un large éventail de restrictions et de mesures.
  • Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC): Les sanctions de l'OFAC s'étendent à tous les citoyens, individus et institutions américains exerçant des activités commerciales aux États-Unis ou en relation avec ceux-ci, ainsi qu'à ceux qui effectuent des transactions en utilisant la devise américaine.
  • Service d'action extérieure de l'Union européenne (SEAE UE): Les sanctions du SEAE de l'UE affectent tous les citoyens de l'UE et les personnes morales établies dans l'un des États membres.
  • Le Trésor de Sa Majesté (HMT): Cet organisme supervise la liste des sanctions du Royaume-Uni, qui s'applique aux personnes physiques et morales travaillant ou menant des activités sur le territoire et en vertu du droit britannique. L'Office d'application des sanctions financières (OFSI) applique ces sanctions.

Sanctions et organismes de réglementation dans le monde. Carte des sanctions

Qu'est-ce qu'une liste de sanctions ?

Une liste de sanctions est un document accessible au public émis par des autorités nationales ou internationales telles que celles mentionnées ci-dessus. Il est mis à jour régulièrement et contient des informations pertinentes sur les personnes, entités, territoires ou pays soumis à des restrictions économiques ou juridiques.

Les personnes ou parties identifiées sur ces listes de sanctions peuvent se voir refuser l'accès aux systèmes financiers, être restreintes dans le commerce ou soumises à d'autres limitations dans le cadre de mesures punitives ou préventives.

Types de sanctions

Le respect des sanctions n'est pas simplement une obligation légale. Il joue un rôle crucial dans le maintien d'un environnement commercial sûr et digne de confiance et empêche la facilitation d'activités illégales telles que le financement du terrorisme, le blanchiment d'argent et d'autres crimes financiers.

Des restrictions peuvent être appliquées à différents niveaux :

  • Sanctions explicites nommer directement le sujet, qu'il s'agisse d'un individu, d'une entité ou d'un pays.
  • Sanctions narratives ou implicites ne nommez pas spécifiquement une personne ou une entité. Au lieu de cela, le récit les couvre implicitement en raison de leurs liens avec une entité ou un secteur sanctionné nommé.

D'un point de vue économique, les sanctions peuvent se matérialiser en :

  • Sanctions globales : imposer des restrictions sur toutes les transactions avec un pays spécifique. Quelques exemples incluent l'Iran, Cuba et le Soudan.
  • Sanctions ciblées : limiter les transactions avec des individus, des entités ou des individus spécifiques figurant sur la liste des ressortissants spécialement désignés et des personnes bloquées (SDN) tenue par l'OFAC. La Russie en est un excellent exemple.
  • Sanctions sectorielles : visant à entraver le développement futur de secteurs spécifiques au sein d'une économie en interdisant un sous-ensemble spécifique de transactions financières liées à ces secteurs.

Filtrage client alimenté par ComplyCube. Types de sanctions

Comment fonctionne le contrôle des sanctions ?

Le filtrage des sanctions est un élément essentiel d'un programme AML/CTF efficace. Cela implique de vérifier les clients, partenaires et transactions existants et potentiels d'une organisation par rapport aux listes de sanctions mondiales afin d'identifier les risques financiers et de garantir la conformité aux réglementations internationales. Le processus comprend généralement six étapes clés :

Étape 1 : Recueillir

La première étape consiste à collecter les données nécessaires qui seront comparées à une liste de sanctions. Cela inclut généralement des informations sur les clients, les partenaires commerciaux potentiels et les transactions. Les données collectées peuvent inclure des noms, adresses, dates de naissance, nationalité et autres détails pertinents.

Étape 2 : Valider

Une fois les données collectées, il est important de corroborer les informations pour garantir leur exactitude. Cette étape implique souvent de recouper les données avec d'autres sources, telles que des pièces d'identité, des registres d'entreprises ou des fournisseurs de données tiers. L'objectif ici est d'assurer l'intégrité des données avant qu'elles ne soient utilisées dans le processus de filtrage des sanctions.

Étape 3 : Écran

Une fois les données recueillies et corroborées, il est temps de passer au crible proprement dit. À l'aide de la technologie de filtrage des sanctions, les données collectées sont comparées à des listes de sanctions mondiales, qui incluent des individus, des organisations ou des pays sous embargo ou sanctionnés par des organismes de réglementation.

Étape 4 : Enquêter

Si une correspondance potentielle est identifiée au cours du processus de sélection des sanctions, cela déclenche une enquête. L'analyse vise à confirmer ou infirmer les correspondances potentielles en enrichissant les données clients et en recoupant les détails. Cette étape confirme si les alertes étaient de faux positifs ou de vraies correspondances.

Étape 5 : Signaler

Le signalement est l'étape finale et facultative du processus de filtrage des sanctions, activé uniquement si une véritable correspondance est trouvée. L'institution doit déposer le rapport d'activité suspecte (SAR) auprès de l'autorité compétente en suivant les protocoles appropriés, car le fait de ne pas signaler une correspondance peut entraîner des sanctions sévères.

Étape 6 : Surveiller

Une étape essentielle, souvent négligée, du processus est la surveillance continue. Les règlements et les listes de sanctions sont dynamiques. Une surveillance continue peut être effectuée en temps réel ou périodiquement pour vérifier le respect des obligations de diligence raisonnable en cours.

Le processus de dépistage propulsé par ComplyCube. Étapes du processus de filtrage des sanctions

Quand le filtrage des sanctions doit-il être effectué pour garantir la conformité ?

Le filtrage des sanctions doit être effectué à plusieurs étapes clés pour maintenir la conformité. La sélection initiale doit avoir lieu lors de l'intégration d'un nouveau client ou partenaire. Avant de s'engager dans des transactions commerciales, les institutions financières ou les entreprises doivent vérifier l'identité de leurs clients ou partenaires par rapport aux listes de sanctions pertinentes. Cette étape garantit que l'entité ou la personne n'est pas empêchée de s'engager dans certaines activités.

Cependant, il ne suffit pas d'effectuer un examen des sanctions et des évaluations des risques uniquement au début d'une relation d'affaires. Cela devrait se produire régulièrement tout au long du cycle de vie de la relation client. En effet, les statuts des sanctions peuvent changer au fil du temps. Un client qui n'était pas une partie sanctionnée lors de l'intégration ou de l'évaluation initiale des risques peut le devenir plus tard.

Étude de cas 1 : Rusal

Le cas de Rusal est un exemple notable de la façon dont les changements dans les listes de sanctions peuvent avoir un impact sur les entreprises. Cet important producteur d'aluminium a été ajouté à la liste de l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département américain du Trésor en avril 2018 en raison de son association avec l'oligarque russe Oleg Deripaska.

L'ajout brutal a eu un effet significatif sur les marchés mondiaux de l'aluminium. Les entreprises du monde entier, impliquées dans des contrats en cours ou futurs avec Rusal, se sont retrouvées dans l'obligation d'arrêter immédiatement toutes les activités commerciales. Cette étape était nécessaire pour se conformer aux nouvelles sanctions et éviter d'éventuelles amendes, soulignant l'importance d'un suivi régulier des listes de sanctions.

La société a été plus tard radié début 2019 lorsque son fondateur, l'entrepreneur Oleg Deripaska, a consenti à perdre le contrôle, levant les sanctions de l'entreprise de fabrication d'aluminium. Cette affaire réaffirme qu'une surveillance continue est essentielle pour garantir le respect du paysage des sanctions en constante évolution.

Identification des personnes politiquement exposées (PPE) et leur rôle dans le filtrage des sanctions

Les personnes politiquement exposées (PPE) sont des personnes à haut risque qui occupent une fonction publique de premier plan ou ont une association étroite avec de telles personnes. En raison de leur position et de leur influence, les PPE présentent un risque plus élevé d'être impliquées dans des pots-de-vin, la corruption, le blanchiment d'argent et d'autres délits financiers.

L'identification et la conduite d'une diligence raisonnable renforcée à l'égard d'une personne politiquement exposée sont essentielles à un processus efficace de filtrage des sanctions. Les organisations doivent mettre en place de solides contrôles de dépistage PEP pour atténuer les risques associés. Ces contrôles doivent inclure la vérification régulière des données des clients par rapport aux listes de PPE et le filtrage des transactions pour identifier les activités suspectes.

Vous pouvez en apprendre davantage ici: Qu'est-ce qu'une personne politiquement exposée (PPE) ?

Étude de cas 2 : Isabel dos Santos et PwC

Par exemple, en 2018, Isabel dos Santos, la fille de l'ancien président angolais et identifiée comme une personne politiquement exposée (PPE), a fait l'objet d'un examen minutieux lorsque des documents divulgués ont suggéré qu'elle avait exploité des relations familiales et des fonds publics pour bâtir sa fortune de $2 milliards. Son statut PEP la rendait à haut risque pour les banques et autres institutions en raison du risque accru d'implication potentielle dans des pots-de-vin ou de la corruption.

PwC, un cabinet comptable mondial renommé, s'est retrouvé dans l'eau chaude à cause de son implication avec Isabel dos Santos et son inconduite financière. Pendant la durée de l'enquête pénale, PwC avait audité les livres de Sonangol, la compagnie pétrolière publique angolaise.

Cependant, le double rôle de l'entreprise en tant que conseiller sur une restructuration importante de Sonangol a été critiqué pour avoir présenté un conflit d'intérêt potentiel. Le travail d'audit et de conseil de PwC a eu lieu alors que dos Santos, qui avait déjà été identifié comme PPE, occupait le poste de président de Sonangol.

Dos Santos a été relevée de ses fonctions peu de temps après le départ à la retraite de son père, et la nouvelle direction de Sonangol a par la suite résilié le contrat de PwC de manière anticipée, le remplaçant par KMPG. Ce cas met en évidence les risques considérables et les complications potentielles auxquelles les entreprises peuvent être confrontées lorsqu'elles traitent avec des PPE.

L'impact des médias défavorables sur le filtrage des sanctions

Les médias défavorables, également appelés nouvelles négatives, font référence aux informations provenant de diverses sources médiatiques qui indiquent des risques de sanctions potentiels associés à certains clients ou partenaires commerciaux. Il s'agit d'un élément crucial d'un programme efficace de filtrage des sanctions, car il peut fournir des signes avant-coureurs de sanctions possibles.

Par exemple, des informations sur l'implication d'un client dans des activités illégales, son association avec des parties sanctionnées ou des changements dans son statut politique ou commercial peuvent indiquer des menaces probables.

Le dépistage médiatique défavorable doit être effectué régulièrement et à différentes étapes du cycle de vie de la relation client. Les organisations doivent tirer parti des technologies avancées telles que l'intelligence artificielle et le traitement du langage naturel pour automatiser et améliorer ce processus.

Types de médias défavorables : concurrentiels/financiers, environnementaux, réglementaires, sociaux/de travail

Rapports d'activités suspectes (SAR)

Les rapports d'activités suspectes (SAR) sont essentiels dans le filtrage des sanctions, fournissant aux institutions financières un moyen de signaler les activités illicites potentielles. Lorsque des transactions font naître des soupçons d'infractions, les institutions déposent des SAR auprès des autorités compétentes. Ces rapports facilitent les enquêtes des organismes chargés de l'application de la loi, leur permettant de prendre les mesures nécessaires.

Selon le Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN), les institutions financières aux États-Unis connaissent une poussée importante dans la soumission des rapports d'activités suspectes (SAR). En 2022, le nombre total de SAR déposés a dépassé 3,6 millions, marquant une augmentation substantielle de 57% par rapport aux niveaux pré-pandémiques en 2019.

Les SAR contribuent à la lutte collective contre le blanchiment d'argent, aidant à protéger l'intégrité du système financier. Les institutions financières évitent les mesures d'exécution et aident les organismes de réglementation et les organismes chargés de l'application de la loi dans leur mission en détectant et en signalant les activités suspectes.

Quand déposer un rapport d'activité suspecte (SAR) de dépistage AML

Conséquences d'une violation des sanctions

Le non-respect des réglementations AML et des exigences de filtrage des sanctions peut avoir de graves conséquences, notamment des amendes punitives, des poursuites pénales, une atteinte à la réputation et des sanctions.

Par exemple, les manquements aux sanctions financières dans le Royaume-Uni sont des infractions pénales, passibles d'une peine pouvant aller jusqu'à 7 ans de prison et d'amendes pécuniaires infligées aux particuliers et aux entreprises en infraction. De même, l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor américain considère les violations comme une grave menace pour la sécurité nationale et les relations extérieures. Par conséquent, les contrevenants risquent des amendes pouvant atteindre plusieurs millions de dollars et des peines de prison pouvant aller jusqu'à 30 ans.

Plusieurs entreprises ont été condamnées à de lourdes amendes pour violation de l'OFAC, dans certains cas dépassant $1 milliard. Il s'agit notamment de ZTE, Standard Chartered, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et UniCredit.

Toutes ces conséquences peuvent gravement nuire à la réputation, à la crédibilité et à la performance d'une institution. Devenir une entité sanctionnée peut être encore plus préjudiciable, car cela entrave considérablement, voire arrête, la capacité d'une institution à mener des activités mondiales et à accéder aux marchés et aux capitaux internationaux. Dans certains cas, ces conséquences ont conduit à l'incapacité totale d'une institution sanctionnée à poursuivre ses activités et, finalement, à sa disparition.

En résumé, les manquements aux sanctions constituent des infractions graves et ont donc de graves conséquences. Par conséquent, les institutions doivent filtrer efficacement les clients par rapport aux listes de sanctions pertinentes. Cependant, comme les listes de sanctions sont constamment mises à jour, il est crucial de s'assurer que les processus de filtrage des sanctions suivent les changements tout en évitant les inefficacités et en réduisant les faux positifs.

OFAC Sanctions Amendes Totaux par an par ComplyCube. Source : OFAC

Quels sont les défis auxquels est confronté le dépistage des sanctions ?

Le contrôle des sanctions n'a jamais été aussi difficile qu'aujourd'hui en raison de plusieurs facteurs, notamment :

  • Les listes de sanctions évoluent rapidement en nature (par ex. sanctions narratives) et en ampleur (par ex. Contrôles des exportations de technologies américaines).
  • Augmentation de la complexité des mesures de sanctions restrictives et punitives et des réglementations de filtrage.
  • Le dépistage des sanctions doit tenir compte du risque d'association, qui peut ne pas être immédiatement apparent. Par exemple, le acte patriote interdit aux entreprises américaines de fournir une "aide financière" aux organisations accusées de terrorisme.
  • Plusieurs organismes de sanction ont des normes et des programmes différents qui ne s'alignent pas, ce qui entraîne des sanctions économiques incohérentes.

Selon la société de données Refinitiv, au début de 2020, il y avait plus de 34 000 sanctions explicites dans plus de 280 programmes de sanctions, avec une augmentation de 62% depuis septembre 2017.

L'importance de choisir le bon client AML/KYC et le bon partenaire de contrôle des sanctions

Malgré les défis inhérents au filtrage des clients, le bon partenaire AML/KYC peut vous aider à mettre en œuvre une solution robuste et rentable, comme indiqué ci-dessous.

ComplyCube Solution de dépistage des sanctions et de dépistage des PPE. Qu'est-ce que le filtrage des sanctions ?

Vue client unique

: Le filtrage des sanctions est aussi efficace que les données d'entrée utilisées pour filtrer l'entité ou l'individu concerné. Par conséquent, il est recommandé de tirer parti d'une solution qui vous aidera à rationaliser les processus de collecte de données et à vous fournir une vue client unique agrégée, cohérente et holistique.

Couverture complète des données

Les activités de dépistage devraient s'appuyer sur des informations sur les risques mondiaux soigneusement étudiées et régulièrement révisées, qui incluent les DYNAMISME et des listes de sanctions, des médias défavorables et des rapports de conformité du monde entier.

Dépistage intelligent

Marché de nombreux vendeurs correspondance de nom floue comme une solution miracle pour un filtrage de pointe des sanctions. Cependant, il ne faut pas se fier uniquement à la correspondance approximative des noms. Il tient compte en effet des fautes d'orthographe et des variations mineures.

Cependant, il ne gère pas bien similitude phonétique, translittérations, linguistique variantes, écritures non latines, patronymes, titres honorifiques, titres ou noms dans le désordre, pour énumérer quelques-uns des aspects qu'un moteur de filtrage fiable doit prendre en compte. ComplyCube propose une solution complète de filtrage des sanctions.

Approche fondée sur le risque

L'approche basée sur les risques (RBA) est une solution complète de filtrage des sanctions qui doit gérer plusieurs listes de sanctions et permettre des seuils personnalisés et des règles d'inclusion/exclusion pour permettre aux agents AML d'adapter la capacité de filtrage à la perception des risques et aux politiques de l'organisation.

Vous pouvez en savoir plus sur le sujet ici : Qu'est-ce qu'une approche basée sur les risques (RBA) ?

La gestion de cas

La gestion des cas AML, associée à la surveillance et aux alertes, permet aux analystes d'enquêter efficacement sur les activités suspectes et d'atténuer rapidement le risque de criminalité financière. Une solution de gestion de cas robuste doit également fournir une solution entièrement intégrée avec des données contextualisées riches, telles qu'une répartition détaillée des correspondances, et ainsi aider les enquêteurs à organiser, hiérarchiser, gérer les enquêtes et écarter facilement les faux positifs, tout en créant une piste d'audit permanente pour l'examen réglementaire. .

Due Diligence continue

En fonction du client et de votre stratégie d'atténuation des risques, vous devrez peut-être inclure une surveillance et des alertes de filtrage des sanctions. De nombreux fournisseurs AML/KYC peuvent vérifier les clients en masse via des lots en cours d'exécution. Cependant, il s'agit d'un processus lourd et réactif inadapté à la nouvelle ère numérique. D'autre part, les fournisseurs KYC matures offriront une surveillance continue pour soutenir le passage de l'approche traditionnelle de cocher la case à une diligence raisonnable client en temps réel, continue et proactive.

Avantages EDD | Les avantages de la diligence raisonnable renforcée

Pourquoi le filtrage des sanctions est-il important pour les institutions financières ?

Dans le monde en constante évolution de la finance, le filtrage des sanctions est devenu une exigence non négociable. À la base, il représente une partie intégrante du mécanisme de mise en œuvre des sanctions financières utilisé à l'échelle mondiale. Ce processus est essentiel pour garantir que des entités telles que des banques et d'autres institutions financières ne s'engagent pas dans des transactions commerciales avec des individus, des organisations ou des pays figurant sur des listes de sanctions mondiales.

Les institutions financières du monde entier ont mis en place un logiciel robuste de filtrage des sanctions pour faciliter leurs efforts de conformité. L'importance du filtrage des sanctions au sein du secteur financier ne peut être surestimée. Il s'agit d'une mesure cruciale pour atténuer le risque de s'engager avec des entités sanctionnées et pour prévenir le blanchiment d'argent.

Alors que les sanctions d'application de l'OFAC atteignent de nouveaux records année après année, le coût de la non-conformité n'a jamais été aussi élevé. En tant que telles, les sociétés de services financiers doivent continuellement affiner leurs processus de filtrage des sanctions et garder une longueur d'avance sur l'évolution du paysage mondial des sanctions afin de naviguer efficacement dans cet environnement réglementaire complexe.

Conclusion

Le filtrage des sanctions est un élément indispensable pour maintenir un environnement financier conforme et sécurisé. En recoupant avec vigilance les données des clients avec les listes de sanctions fournies par les organismes de réglementation tels que les Nations Unies et l'Union européenne, les entreprises peuvent empêcher les transactions avec les parties sanctionnées. Cette position proactive renforce les efforts de lutte contre le blanchiment d'argent (AML) et contribue à l'initiative mondiale plus large de prévention de la criminalité financière.

Le monde des sanctions et de la conformité à la lutte contre le blanchiment d'argent est en constante évolution, et le maintien d'une liste de sanctions à jour au cœur de vos processus de filtrage est essentiel pour naviguer efficacement dans ce paysage complexe. Choisir le bon partenaire de filtrage AML/KYC et sanctions, tel que ComplyCube, peut également offrir des avantages significatifs.

Découvrez notre dépistage mondial des PPE et des sanctions solution pour en savoir plus sur notre plateforme !

Table des matières
    Ajouter un en-tête pour commencer à générer la table des matières

    Plus de messages

    Vérification d'identité de rencontre en ligne ComplyCube KYV

    KYV : Vérification d’identité de rencontre en ligne pour une romance sûre

    Know Your Valentine (KYV) est le processus visant à atténuer les dangers au sein de l’industrie des rencontres en ligne. Ce guide célèbre la Saint-Valentin, l'importance d'une plateforme sécurisée et discute de la vérification robuste de l'identité des applications de rencontres.
    ComplyCube reçoit la certification ACCS de vérification de l'âge par le système de certification de vérification de l'âge

    ComplyCube obtient la certification ACCS pour la vérification de l'âge

    ComplyCube a obtenu la certification ACCS pour les systèmes de contrôle de l'âge, la protection des données et la confidentialité. Cette certification, décernée par l'Age Check Certification Scheme, consolide l'engagement de la plateforme AI à protéger les mineurs en ligne....
    ComplyCube remporte 3 Trustradius Awards 2023 pour IDV

    ComplyCube clôture 2023 avec 3 TrustRadius Best Of Awards en IDV

    ComplyCube a remporté 3 prix supplémentaires à ajouter à son ensemble de distinctions à l'approche de la nouvelle année. Les prix TrustRadius Best Of récompensent les leaders du secteur IDV selon 3 critères : rapport qualité-prix, meilleure relation et ensemble de fonctionnalités....